Tamazight en Algérie

algerie-amazighLe Haut Commissariat à l’Amazighité (HCA) a organisé plusieurs activités dans les quatre coins du pays, dans l’objectif de redonner à la langue maternelle des Algériens (tamazight) le rang qu’il mérite. Aussi, de faire connaître ce legs inestimable que nous ont laissé les ancêtres.
Mais, aussi de travailler sur le terrain, comme c’était le cas à Taghit (Béchar) où des jeunes chercheurs ont eu l’occasion de faire des prospections et investigations dans des zones berbérophones en quête d’une variante en voie de disparition. Ce travail est venu à point nommé pour faire revivre plusieurs variantes de tamazight encore en usage dans la région. Il y a eu également une rencontre à Souk Ahras consacrée à l’œuvre d’Apulée de Madaure, plus particulièrement “La métamorphose ou L’âne d’or” considérée par les spécialistes comme l’un des premiers romans qu’a connus l’humanité.

 

Ce ne sont pas les seules activités du HCA, il y a eu aussi, des rencontres à Batna, à Bouira et Constantine (El-Khourb) où des journées d’étude ont été consacrées au roi Massinissa ; en somme une année généreuse et riche en production et publications.
La nouvelle formule lancée par le Haut Commissariat à l’Amazighité, à savoir abandonner la gratuité des œuvres pour que les auteurs puissent mieux bénéficier de leur production, donne déjà ses fruits. Des auteurs berbérophones de toute l’Algérie ont exprimé leur satisfaction. Des auteurs “confirmés” et débutants, et dans différents domaines (lexique, romans, poésie…), des Aurès, de la Kabylie, du M’zab et d’autres régions n’ont pas tardé à soumettre leurs œuvres pour publication, et déjà un bon nombre d’entre elles sont sur les étals des libraires à travers le pays. Une embellie qui n’est pas le fruit du hasard, nous dit le secrétaire générale du HCA, M. Si El-Hachemi Assad, qui a exprimé son ample satisfaction lors d’une rencontre où il a tenu à remercier les différents acteurs en disant : “Ce n’est pas le travail d’une personne mais plutôt de tout un groupe, et le résultat est probant. Notre présence au Salon international du livre d’Alger n’est ni symbolique ni stratégique.” “Nous allons proposer aux visiteurs des œuvres en tamazight dans ses différentes variantes, en quantité et en qualité.

 

Le fruit d’un labeur qui est enfin récompensé.” Et de conclure : “La participation du Haut Commissariat à l’Amazighité au 20e Salon international du livre d’Alger se décline en présence de qualité en terme de nouvelles publications ; à titre d’exemple : Application d’apprentissage de tamazight des auteurs frères Ould Oulhadj  ou encore Tirawal /guide d’apprentissage du chaouia de l’auteur El-Hadi Meziani”.
Le Stand du HCA, situé au pavillon central C 51, accueillera cinq éditeurs spécialisés dans le livre amazigh (Tira, BMS Informatique, Anzar, Identité et Asirem) et en l’organisation de séances de ventes-dédicaces en présence des auteurs pour ainsi donner une meilleure visibilité aux nouveaux titres parus en 2014-2015. Aussi, un programme spécial “amazighité” dédié à la littérature et à l’édition en tamazight sera organisé par le HCA à la salle Ali-Maachi le 5 novembre, suivi d’une projection du film documentaire Ad Yidir mmi-s umazigh de Si El-Hachemi Assad, en hommage à Mohammed Idir Aït Amrane, ex-président du Haut Commissariat à l’Amazighité.

R. H.

Source: liberte-algerie.com

Categorie: Actualités, Algérie Tags: , , , , , , , , ,

Vous pourriez aimer:

Le journal El Watan parle de la pétition Google Translate en Tamazight Le journal El Watan parle de la pétition Google Translate en Tamazight
Tamazight, langue nationale en Algérie, et après? Tamazight, langue nationale en Algérie, et après?
Tamazight langue nationale et officielle en Algérie Tamazight langue nationale et officielle en Algérie
Algérie: programme national d’alphabétisation en tamazight Algérie: programme national d’alphabétisation en tamazight