Niger: inquiétude des éleveurs de la région d’Agadez

agriculture nigerLes éleveurs sont en crise dans le nord du Niger, dans la région d’Agadez. Il n’y a plus de pâturages et la pluie tarde à venir pour en faire pousser des nouveaux. Les animaux sont en train de mourir de faim. L’Etat a effectué plusieurs missions sur place pour venir en aide à ces éleveurs en crise. La situation est désormais critique dans les zones d’Aderbissinat, Ingall et Tchirozerine. Là-bas, une vache peut se vendre à moins de 2 000 francs CFA. Souvent, les bouchers n’en prennent même plus tellement elles sont mourantes. Il en est de même pour les petits ruminants.

Ce sont les conséquences de la saison des pluies qui tarde à s’installer : les animaux n’ont donc rien à brouter. Une situation que le ministre de l’Elevage est venu constater lui-même.

Suite à cette visite, une opération de déstockage du cheptel a été lancée le dimanche 20 juillet par des équipes envoyées sur le terrain. Elle consiste pour l’Etat à acheter, auprès des éleveurs, les animaux les plus affaiblis. Les caprins et les bovins sont ainsi achetés à 50 000 francs CFA l’unité et les petits ruminants à 10 000 francs CFA. Avec ces revenus, les éleveurs peuvent se procurer des aliments pour bétails à des prix largement revus à la baisse pour la circonstance.

Mais les 1 000 tonnes d’aliments pour bétail acheminés sur Agadez sont très en deçà des besoins évalués à quelque 3 400 tonnes pour cette période de crise.

Source: RFI

Categorie: Actualités, Niger Tags: , , , , , , , , , ,

Vous pourriez aimer:

Un « avion non-identifié » bombarde un village aux confins du Niger et du Nigeria Un « avion non-identifié » bombarde un village aux confins du Niger et du Nigeria
Après le Mali, la France va intervenir en Centrafrique Après le Mali, la France va intervenir en Centrafrique
Le fleuve fossile Azawak Le fleuve fossile Azawak