L’enseignement de la langue « Tamazight-Berbère » (en Algérie de 1995 à 2011)

amazighL’introduction de « tamazight/berbère » dans le système éducatif en Algérie a créé une situation inédite et complexe. Les « problèmes » nés/engendrés par son enseignement sont traités aussi bien par les « (socio)linguistes » que par « les militants berbéristes ». Cet article présentera : un « aperçu historique » sur la « revendication amazighe/berbère ou kabyle », les différents « acquis » et le bilan de « l’introduction de tamazight » dans le système éducatif algérien (de 1995 à 2011).

1- L’enseignement de « tamazight/berbère » en Algérie et les droits culturels et linguistiques des minorités berbérophones :

La politique linguistique de l’Algérie s’inscrit dans un modèle idéologique de langue nationale et officielle unique avec un système éducatif qui a toujours exclu « la langue tamazight » [et l’arabe dialectal] de l’enseignement et qui a encouragé l’arabisation aveugle. Le Pouvoir algérien ne s’est jamais soucié du maintien et de l’avenir de « tamazight/berbère ». Après avoir prôné une politique d’assimilation [qui ne dit pas son nom] qui visait [et vise encore] l’anéantissement et l’éradication de « tamazight/berbère » en encourageant et accélérant le processus d’arabisation, le Régime algérien a fini par « céder » sur certains points de la revendication « amazighe/berbère ».

Le semblant de reconnaissance que « les militants de la cause » et « la Kabylie » ont pu arracher des mains du Pouvoir n’est rendu possible que « grâce » à la menace islamiste qui pesait sur les institutions de la République dans les années 1990 (Ait-Kaki 2004 : 108-109). C’est dans une stratégie électoraliste d’alliances pour se maintenir et pour faire participer la Kabylie aux différents processus électoraux que le Régime a accordé :

(1-) la création de deux départements de langue et culture amazighes, l’un à l’Université de Tizi-Ouzou [1990] , l’autre au Centre universitaire de Béjaia [1991],

(2-) l’introduction de « tamazight » dans le système éducatif algérien [à partir de 1995/1996],

(3-) la reconnaissance de « tamazight » comme « langue nationale » [en 2002].

Lire la suite sur Tamurt.info…

La revendication du multilinguisme/multiculturalisme par l’élite kabyle date des années 1940 au sein même du Mouvement national. Après l’Indépendance, la lutte pour les droits culturels a beaucoup évolué et différentes mouvances ont vu le jour pour la reconnaissance de « tamazight/berbère » et la démocratisation du pays. Du MCB au MAK (en passant par le RCD et la CADC ), la région est la même, les hommes sont presque les mêmes mais les plates-formes de revendications ont changé et évoluent encore : d’une « revendication des droits culturels et identitaires » à celle d’une « autonomie régionale pour la Kabylie ». Mais, l’attitude du Pouvoir n’a pas beaucoup changé : de « la répression » à « un semblant de reconnaissance ».

Categorie: Actualités, Algérie Tags: , , , , , , ,

Vous pourriez aimer:

Le journal El Watan parle de la pétition Google Translate en Tamazight Le journal El Watan parle de la pétition Google Translate en Tamazight
Tamazight, langue nationale en Algérie, et après? Tamazight, langue nationale en Algérie, et après?
Tamazight langue nationale et officielle en Algérie Tamazight langue nationale et officielle en Algérie
Tamazight en Algérie Tamazight en Algérie